16 juillet 2017

La puissance de la Joie

joie

« Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie ?

Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie est la manifestation de notre puissance vitale. La joie ne se décrète pas, mais peut-on l’apprivoiser ? La provoquer ? La cultiver ?
J’aimerais proposer ici une voie d’accomplissement de soi fondée sur la puissance de la joie. Une voie de libération et d’amour, aux antipodes du bonheur factice proposé par notre culture narcissique et consumériste, mais différente aussi des sagesses qui visent à l’ataraxie, c’est-à-dire à l’absence de souffrance et de trouble.
Pour ma part, je préfère une sagesse de la joie, qui assume toutes les peines de l’existence. Qui les embrasse pour mieux les transfigurer. Sur les pas de Tchouang-tseu, de Jésus, de Spinoza et de Nietzsche, une sagesse fondée sur la puissance du désir et sur un consentement à la vie, à toute la vie…

…Pour trouver ou retrouver la joie parfaite, qui n’est autre que la joie de vivre. »
 

Frédéric Lenoir
Les philosophes ont peu abordé la notion de Joie, aussi F Lenoir va nous convier à un parcours de la joie avec en premier lieu ceux qui selon lui l'avaient au coeur .
Si pour  Spinoza: "la joie est le perfectionnement , l'augmentation de la puissance d'exister" , pour Nietzche elle est" la puissance de vie sur laquelle il faut s'appuyer ." Il s'agit d'apprendre à reconnaître la multiplicité des sources de joie en soi et les faire croître . " et faire " de sa vie une oeuvre d'art ". Tandis que pour Bergson la " joie est intrinsèquement  liée à la création." 
Il reste essentiel de laisser fleurir cette joie et pour cela nous avons 6 attitudes à chérir .

L’attention : Être présent à ce que l’on vit. « Si je regarde un beau paysage en pensant à autre chose, je ne pourrai être dans la joie. En revanche, si je goûte cet instant avec tous mes sens, alors elle sera en mesure de surgir. »

Le lâcher-prise : « Devant une difficulté ou une épreuve contre laquelle on ne peut rien faire, mieux vaut dire oui à la vie. Non pas se résigner en maugréant. Mais, en lâchant prise, je laisse la porte ouverte à la joie du consentement. »

La création : En cultivant ma créativité, « je suis en lien avec mon être profond, je suis dans la vérité de ma personne, pas avec mon ego. Je le transcende. Qu’il s’agisse de peinture, de cuisine, de jardinage, d’écriture… ».

La persévérance : « Aller jusqu’au bout de l’effort, quoi que l’on fasse, permet de trouver la joie. »

La gratuité : « Faire des choses sans attendre de retour, sans recherche de profit ou d’efficacité. Qu’il s’agisse d’un échange avec quelqu’un, d’une action, d’un geste esthétique… »

La gratitude : « Prendre l’habitude de la cultiver, en un mouvement profond et spontané de notre être, nous ouvre à la puissance de la joie. »

Pour cela 2 chemins s'offrent à nous : le processus d'individuation qui " consiste à aller vers soi afin de devenir pleinement soi-même " tandis que le deuxième chemin est celui qu'il nomme" la reliaison qui est un chemin vers l'autre , un chemin d'amour , de communion . "
Au final un chemin progressif pour la joie pure , afin d''accéder à une source de joie permanente . 
"La joie donne un sens à la vie et au monde "
L'auteur mêle les souvenirs personnels à ses références . 
Ce livre m'a également permis de revoir Bergson sous un autre angle, que j'avais étudié pour le bac philo et donné envie de découvrir un peu plus en profondeur Spinoza, Nietzsche, et Montaigne .  
Merci à mon amie Yvette pour ce prêt !

 

 

Posté par Arlettekassiopee à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La puissance de la Joie

Nouveau commentaire
Flag Counter
Haut de Page

Retour accueil