07 février 2019

Je pense trop

je pense

Qui pourrait penser qu'être intelligent puisse faire souffrir et rendre malheureux ? Pourtant, je reçois souvent en consultation des gens qui se plaignent de trop penser. Ils disent que leur mental ne leur laisse aucun répit, même la nuit. Ils en ont marre de ces doutes, de ces questions, de cette conscience aiguë des choses, de leurs sens trop développés auxquels n'échappe aucun détail. Ils voudraient débrancher leur esprit, mais ils souffrent surtout de se sentir différents, incompris et blessés par le monde d'aujourd'hui. Ils concluent souvent par : " Je ne suis pas de cette planète ! " Ce livre propose des cours de mécanique et de pilotage de ces cerveaux surefficients.

  

On décrit généralement les individus dotés de "surefficience mentale", ou "à haut potentiel", ou "hp", ou "surdoués", ou "zèbres" ou "dotés de douance", ou "de profil atypique", comme possédant des capacités naturelles ou des fonctionnements nettement différents de la moyenne de la population dans plusieurs domaines d'habileté : intellectuel, créatif, artistique, sportif, etc.

 L'expression de "surefficience mentale",  illustre bien l'existence d'un potentiel, souvent bien encombrant, qui ne va pas nécessairement se transformer en efficacité relationnelle ni en bien-être existentiel !

 L’intelligence du surefficient est plutôt intuitive et imagée et les mots ont du mal à suivre : la structure du langage peine à exprimer le débordement d’images et d’associations d’idées (ce qui peut parfois donner l'impression à certains d'un fonctionnement immature ou enfantin). 

Le surefficient mental, bien qu’hypersensible sait être altruiste, chaleureux dans ses relations, capable de remise en question avec soi-même, ouvert d’esprit, avec un sens de la justice, une droiture et une intégrité exceptionnelle .  La pensée complexe "décroche" quand les choses ne sont pas assez complexes.

 Le livre explique les  phases liées à l’acceptation (déni, colère, marchandage, dépression) d'être défini comme surefficient .

  

Caractéristiques des personnes en "surefficience mentale" 

Hyperstimulabilité, hyperesthésie, hypersensibilité, susceptibilité
Fonctionnement cérébral non linéaire : en arborescence ou par associations 
Curiosité, créativité, imagination débordante
Capacité de faire plusieurs choses en même temps, persévérance (si l'intérêt le justifie)
Intérêts très variés, passant facilement d'un domaine à l'autre

Ils ont une sensibilité accrue des cinq sens, ou tout au moins de plusieurs d'entre eux, générant des perceptions beaucoup plus fortes que la normale : hyperesthésie .

Tant qu'il y a du grain à moudre , tout va bien , leur cerveau fonctionne à plein régime avec un nombre de données important .

Ce livre apporte un éclairage sur ces personnes " surefficientes " avec en dernière partie des conseils pour améliorer leur quotidien . Cela nous permet de mieux les comprendre et d'être plus ouverts face à leurs différences .

 

Deux points m'ont cependant embarassée :

* La population est divisée en deux : les normopensants et les surefficents  . 

* Les victimes de pervers narcissiques sont des surefficients car ce sont des proies faciles . 

 

 

 

Posté par Arlettekassiopee à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Je pense trop

Nouveau commentaire
Flag Counter
Haut de Page

Retour accueil