11 octobre 2018

La rebelle

rebelle

Sous le règne de saint Louis, Caterina exerce la médecine à Paris, à l'Hôtel-Dieu, malgré l'hostilité de ceux qui l'entourent. Libre, devenue enceinte, elle découvre trop tard que son amant est déjà marié, et elle décide alors d'assumer seule son destin. C'est l'époque où la dissection des cadavres, interdite par l'Eglise, se fait en cachette. Mais le groupe auquel elle appartient est dénoncé et ses confrères masculins décident lâchement de lui faire porter l'entière responsabilité du délit. Abandonnée par tous, Caterina parvient à s'enfuir en Italie où, plus passionnée que jamais par son métier qu'elle reprend à l'hôpital, elle lutte jusqu'au bout de ses forces contre la jalousie et la misogynie de ses confrères.

 

Un des thèmes du livre : la médecine au moyen âge car comme toutes disciplines du savoir était l'apanage des hommes . Les femmes qui voulaient l'exercer devaient se contenter d'être accoucheuse . Pourtant ces femmes médecins ont été pour beaucoup oubliées , certaines restent pourtant dans l'histoire notamment Hildegarde de Bingen .

Caterina , italienne formée à la médecine à  l'université de Montpellier , l'une des plus importantes d'Europe qui de plus ouvrait ses portes aux étudiantes;   par sa volonté d'exercer , se glisse entre deux pouvoirs celui de l'homme et celui de l'église .  Elle en subira les lois . Il lui faudra beaucoup de volonté  pour poursuivre la voie choisie  . 

Caterina est têtue et obstinée , arrogante  dans un premier temps . Suite à une erreur de diagnostic elle va redéfinir sa conception de la médecine .  " Elle devait apprendre à voir plus loin, à écouter les paroles non dites . Que lui servait d'avoir étudié et de mettre en pratique l'enseignement des maîtres si elle ne parvenait pas à partager la douleur de ceux qu'elle soignait ." 

Elle va s'analyser , prendre conscience que ce qui la motivait était" l'approbation de  ses pairs , le respect de ses clients aisés qui pouvaient payer son savoir-faire " et avoir le  courage d' avouer qu'elle considérait les patients comme les simples porteurs d'une maladie pas comme des personnes . " Une première étape de son évolution , la deuxième se fera par la  compassion sincère vis à vis de Gaurina et Maria et enfin elle osera un appel à l'aide . Que  de chemin pour ne plus être que médecin mais aussi une femme ! 

Des femmes qui ont la capacité de supporter la souffrance telle Caterina ou Marion , leur condition telle Gaurina , qui assume ses choix comme Lucrezia notamment vis à vis de son héritage . 

Le livre souligne également la séparation de la médecine et de la chirurgie , cette dernière était exercée par des barbiers chirurgiens . 

L'activité artisanale de tailleur est significative de l'époque et est mis en lumière avec le personnage de Raineri . 

 

Un petit bémol la fin , peut-être une porte ouverte pour un deuxième volume ? 

 

Posté par Arlettekassiopee à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La rebelle

Nouveau commentaire
Flag Counter
Haut de Page

Retour accueil